Lorsque vous mettez en place une action au sein de votre entreprise, elle vise indirectement ou directement à développer les revenus de celle-ci.

Le growth marketer épouse parfaitement cette philosophie et ce faisant il va avant tout chercher à optimiser vos coûts et vos investissements en vue de générer plus de résultats pour votre entreprise.

Comment ? C’est ce que l’on vous propose de découvrir dans cet article : 

Une connaissance accrue de votre marché 

“Ce qui se mesure s’améliore” – Seth Godin 

C’est un fait : nous sommes à l’ère de “la data” ou donnée en francais. Selon Larousse, voici la définition d’une donnée : “Ce qui est connu ou admis comme tel, sur lequel on peut fonder un raisonnement, qui sert de point de départ pour une recherche” 

Le Growth Marketer va donc recueillir des données factuelles sur :

  • vos prospects, vos internautes, 
  • les personnes qui se rendent en magasins, qui achètent, qui n’achètent pas, 
  • qui sont satisfaites de votre produit ou de vos services ou au contraire qui ont manifesté leur mécontement, 
  • les clients qui reviennent acheter chez vous, ceux qui préfèrent aller chez la concurrence, 
  • le type de contenu qui a suscité une interaction, un échange, une vente
  • le nombre de contenus qu’un prospect a vu avant d’acheter, 
  • le type de message qui l’impacte le plus, 
  • quels sont les canaux qui fonctionnent le mieux,
  • quels sont les leviers qui fonctionnent le mieux,
  • quels sont les articles qui plaisent le plus et pourquoi,
  • qu’est-ce qui est apprécié dans votre entreprise, votre marque, vos équipes, vos magasins, votre site internet,
  • etc ..  

Imaginez détenir ces informations facilement et en temps réel. Savoir exactement là où vous devez agir pour espérer générer plus de chiffres. Imaginez l’impact que cela aurait sur votre business !

Comment fait-il ? 

Il va mesurer les résultats de ses actions grâce à des outils de mesure (CRM, Google Analytics, Search Console, tableau de reportings) afin d’avoir des chiffres clairs sur ce qui  fonctionne ou non. Il sera donc à même d’entreprendre des actions correctives dans le but d’améliorer les performances d’indicateurs spécifiques.

Disposer d’une vision claire de ce qui se trame au sein de votre entreprise du plus petit niveau comme votre dernier post facebook jusqu’au chiffre d’affaires généré à terme est un avantage indéniable par rapport à votre concurrent. 

Ce n’est pas un mythe, c’est tout aussi réalisable pour vous. Les outils à notre disposition ont tellement évolué ces dernières années, qu’il est désormais possible d’avoir un tel niveau de maitrise sur votre activité. 

Le Growth marketer, en est l’incarnation vivante. 


Un service gratuit pour les entreprises !

Une philosophie axée résultats

Le Growth marketer arbore une philosophie axée résultats. Et en tant que telle, ses actions visent directement à optimiser vos revenus. Sa stratégie tout au long de la méthodologie qu’il applique (l’AARRR) est celle du “test and learn” : tester et apprendre. 

Voici comment elle se déroule : 

  1. Une phase de recherche 

Le Growth marketer est certes un spécialiste dans son domaine, mais il ne prétend en aucun cas connaître vos clients, ou votre marché mieux que vous. C’est pour cela qu’il fera appel à votre expérience et vos connaissances mais également à celles de vos équipes, afin de recueillir un maximum de feedback (ou retour d’expérience en francais) pour établir un premier état des lieux. A partir de là il va identifier les axes à privilégier sur le court, moyen et long terme. Il va également déterminer quels sont vos principaux types de clients et en déterminer des profils semi-fictifs. Pourquoi ? Car l’ensemble de ses actions vont être dirigées vers ces personnes. Il est donc vital pour le growth marketer de savoir à qui il va s’adresser. 

  1. Une phase de test

Une fois qu’il a identifié quelle action mener, à qui l’adresser, et comment la réaliser il va procéder à une phase de test. Autrement dit lancer ses premières actions. 

Adepte des objectifs SMART, ses actions le seront donc tout autant : Spécifiques Mesurables Atteignables et délimitées dans le Temps. 

  1. Une phase d’analyse

Nous vous le disions plus haut, la donnée est maîtresse ici. Et c’est lors de la phase d’analyse qu’elle prend tout son sens. Avec les outils à sa disposition, le growth marketer va analyser les retours de ses actions par rapport à l’objectif qu’il a souhaité atteindre. Si ce dernier est atteint, il va chercher à comprendre pourquoi, à faire mieux et à scaler (soit multiplier ses résultats tout en améliorant la rentabilité). En revanche si l’objectif n’a pas été réalisé, il recherchera à comprendre quelles en sont les raisons, et quelle solution adopter face à ce problème. 

  1. Une phase d’optimisation ou de nouveau test

Suivant les résultats de la première phase de test, il va soit optimiser soit réaliser d’autres tests.

Le growth marketer ne perd donc jamais vraiment. Il s’attache à avoir une vision d’ensemble et à apprendre tout en ajustant différents paramètres au fil de l’eau, avant de trouver la configuration qui fonctionnera le mieux pour votre entreprise. 

Une optimisation de vos performances commerciales

  1. Des outils performants pour gagner du temps

Seul ⅓ du temps des commerciaux est consacré à la vente. Le reste du temps est dédié à la prospection et aux tâches subsidiaires comme la rédaction d’emails, la saisie de données ou les réunions internes. 

Le growth marketer intervient alors dans l’optimisation du temps alloué à vendre. Comment ? Il va doter vos commerciaux des bons outils comme le marketing automation (vous permettant de mettre en place des scenarii d’emailings automatisés selon des déclencheurs spécifiques) ou un CRM (logiciel de centralisation et de gestion de vos prospects et clients). 

Ces derniers gagneront donc à la fois davantage de temps en automatisant les tâches qui peuvent l’être et une meilleure compréhension de leurs clients

A titre d’exemple, la mise en place d’un CRM aide à booster vos ventes de 29 %, la productivité de 34 % et la précision des prévisions de 40 % ! (source)

  1. Apprendre à mieux prospecter

Il va également les aider dans leur prospection notamment grâce au social selling (tisser des relations grâce aux réseaux sociaux pour vendre ensuite) via Linkedin par exemple. Quand on sait que cela peut représenter jusqu’à 20 % de votre business, il peut être intéressant de s’y pencher sérieusement (source) ! En outre, 2 commerciaux sur 3 sont aujourd’hui sur Linkedin alors même que moins de la moitié d’entre eux l’utilisent vraiment (source).

  1. Apprendre à mieux fidéliser

La probabilité de vendre de nouveau à un client existant est de 60 à 70 % tandis que vos chances de vendre à un prospect ne dépasseront pas les 20% (source)

Améliorer de 5 % votre taux de fidélisation peut augmenter vos  revenus de 25 à 55 % (source) !

La fidélisation de vos clients est donc un enjeu majeur. Le growth marketer l’a bien compris et va donc mettre en place un ensemble d’actions et d’outils pour améliorer votre taux de fidélisation. 


Le growth marketer intervient à plusieurs niveaux au sein de votre entreprise. Que ce soit sous l’angle marketing ou commercial, il va chercher à optimiser votre activité pour que vous puissiez mieux investir et ainsi mieux récolter. Pour cela il dispose de pléthore d’outils à sa disposition qui le soutiennent dans sa tâche. Sa philosophie est simple : apprendre, tester, analyser, optimiser. Avec une vision claire, un plan d’action rigoureux et des objectifs précis, un growth marketer se doit donc de faire honneur à son appellation : “growth”, soit “la croissance”. Voilà ni plus ni moins ce qu’il est prêt à offrir à votre entreprise. 


Vous souhaitez faire appel à un Growth Marketer ?

La startup autrement.io sélectionne gratuitement pour vous des experts indépendants en Growth Marketing qui pourront mettre en place tout ce que vous avez lu dans cet article 🚀

Author

Écrire un commentaire